Bla bla bla

Bilan Roaccutane : les mois 2 et 3

Rentrée d’Islande il y a une semaine, je suis de retour sur le blog pour vous poster plein de billets. Bien évidemment  mon road trip islandais fera sujet à écriture, tout cela est en cours de préparation.. patience :).

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous faire le bilan de mon traitement Roaccutane, 2 mois se sont écoulés (et oui..déjà) depuis cet article où je vous expliquais les raisons de mon traitement et mon premier mois, j’ai donc pensé qu’il serait temps de m’exprimer à ce sujet. Pour rappel, seul un dermatologue peut vous prescrire en premier lieu ce traitement, en cas d’acné modéré ou grave.

traitement

Pour mon premier mois,je devais prendre 20 mg par soir et le dermato a ensuite augmenté la dose à 30 mg, que j’ai gardé ainsi pour mon 2ème et 3ème mois. La routine « prise de sang mensuelle » commence à s’installer. Je déteste toujours autant cela et y vais toujours autant à reculons. Entre le 2ème et le 3ème mois, je suis allée chez un médecin généraliste pour faire renouveler mon ordonnance (seul un dermato peut prescrire la première prise mais un médecin généraliste peut renouveler un traitement). Je l’ai trouvé beaucoup plus à l’écoute, notamment concernant les effets secondaires du traitement.

curacné

etat

Au début de ce 2ème mois, je n’avais quasiment plus de boutons sur la peau. Quelques uns seulement qui demandaient gentiment de sortir sont sortis au cours du 2ème mois et ont disparu très vite. Ma peau est lisse et douce comme elle ne l’a pas été depuis bien longtemps. Je suis donc rentrée dans la guerre aux cicatrices car si au toucher ma peau est irréprochable, à vue, ces nombreux mois de boutons m’ont laissé de vilaines marques. Je ne pouvais, et peux aujourd’hui, mais tout doucement, me regarder dans un miroir tant ces cicatrices me rappelle la souffrance des mois passés. Petit à petit, elles s’effacent, et je sais que grâce au traitement elles partiront définitivement, il faut juste s’armer de patience. Globalement, je suis très satisfaite de l’efficacité du traitement.

P1070766.JPG

effets

A partir du 2ème mois, j’ai commencé à ressentir vraiment les effets secondaires du traitement. Ils sont arrivés comme une grande claque dans la figure et n’ont pas été facile à supporter. J’ai pris conscience au début de ce 2ème mois que le Roaccutane n’était pas un médicament anodin et qu’il méritait un vrai suivi médical. Ce n’est pas toujours facile pour mon entourage de comprendre ces effet ou de les accepter, comment un traitement qui est censé enlever des boutons peut provoquer tout ca ? Et bien si, ce traitement n’apporte pas que des bonnes choses :

  • Fatigue : j’ai ressenti dès l’augmentation de la dose une fatigue extrême, comme jamais je n’avais ressenti dans ma vie. Je me levais crevée, même en ayant dormi 9h la nuit passé. A mon stage, j’ai eu énormément de mal à tenir, à me concentrer, je m’endormais tout le temps, j’avais les paupières lourdes. J’ai également eu énormément de mal à me concentrer sur mon travail, je n’avais jamais eu ce genre de soucis avant. Mes vacances ont commencé au début du 3ème mois de traitement, j’ai pu m’adapter, accepter cette fatigue inhabituelle et me ménager.
  • Douleurs aux articulations : elles sont apparues des le début également, aux genoux ou dans les bras, ca me lançait violemment alors que j’étais en stage assise sur ma chaise. A cette époque (enfin il y’a un mois quoi aha), je courais 2 fois par semaine, allait à la salle de sport 2 fois par semaine, pour me vider la tête, oublier les effets psychologiques du traitement. Je poussais mon corps, pour oublier. Sauf que rapidement ces douleurs sont apparus en courant, et plus j’avais mal, plus j’étais énervée et plus j’allais courir pour me vider la tête. Quelque soit la douleur, je finissais mes objectifs temps ou km. Jusqu’au jour où, sous une chaleur accablante, en plein soleil (=PAS BIEN CLARA), j’ai craqué et décidé d’arrêter de me faire du mal. Puis je suis partie en vacances, j’ai ralenti le sport (mais qui dit retour de vacances dit .. ) et ces douleurs ont disparu.
  • Tristesse et angoisses  : je dirais que ces effets sont les plus pénibles et les plus difficiles à expliquer. Parce que il y’a des moments où je vis parfaitement bien ma vie parfaitement normal et des moments ou tout dérape. C’est comme ça, je ressens le besoin de pleurer, de craquer, et le pire c’est que je ne sais même pas expliquer pourquoi. Je suis triste, c’est tout. Et c’est très pénible. Le moindre petit truc qui me chagrine peut devenir catastrophe. J’ai passé des périodes où je pleurais tous les jours. Je ne savais pas pourquoi. De même je suis très angoissée et stressée, un rien peut m’énerver. Pas facile surtout que je galère en ce moment même sur mes « supposées » dernières heures de conduit avant le permis programmé septembre et qu’entre la fatigue, le manque de concentration et l’angoisse, imaginez vous la championne au volant aha ! Bref, je ne cherche plus à contrôler cette tristesse, me dire que le traitement en est la seule cause me rassure. J’essaie d’être entourée, et d’en parler avec mon entourage.

En résumé, ces deux mois, et surtout le premier, n’ont pas été facile à vivre. Mais compte tenu des améliorations sur ma peau, je me dois de tenir et d’aller au bout du traitement.

Si vous êtes intéressées, je vous laisse avec mes deux autres articles relatifs à mon traitement :

Mon aventure roaccutane et mon bilan du 1er mois

Ma routine beauté et make-up sous roaccutane

Saperlipopettement,

Signature

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s