Carnets de route·Europe

Islande #1 : 15 jours de stop autour de l’île

Des années que l’Islande me faisait de l’oeil, pour ses paysages volcaniques, ses cascades et ses..moutons et poneys (et ouai aha). Il y a deux mois à peine j’apprenais que mon copain se voyait accorder un mois entier de vacances. Ni une ni deux, j’ai foncé sur opodo. Les billets à moins de 200 euros ont fini de me convaincre, le 19 juillet nous nous sommes envolés pour deux semaines de road trip inoubliables en .. stop ! L’Islande étant un pays cher, petits étudiants que nous sommes (enfin bientôt plus éhé) avons bien vite renoncé à louer une voiture.

Bien sur, j’ai prévu de tout vous raconter, dans cet article déjà, plutôt orienté pratique, pour vous aider à vous organiser si vous prévoyez un tel voyage, et puis dans une série d’autres articles qui présentera par tronçon chaque coin du pays que nous avons visité. Let’s go !

PAYS

L’Islande est un pays d’Europe situé tout là haut là haut entre le Groenland et la Norvège, pile poil entre les plaques tectoniques eurasiennes et nord-américaine (d’où la grande présence de volcans sur son territoire).

Avec un total d’environ 300 000 habitants, dont la majorité vivant dans sa capitale, Reykjavik,  l’Islande est le pays d’Europe avec la densité la plus faible, et pourtant, elle est l’un des pays les plus développés du monde, malgrè la crise de 2008 qui a pas mal touché le pays.

Le pays n’est pas membre de l’UE, bien que celui-ci ait déposé sa candidature en 2009, la monnaie est donc la couronne islandaise (ISK) et il faut compter environ 140 ISK pour 1 euros.

  « Með lögum skal land byggja«    =  » la nation est construite sur la loi »

-ils rigolent zéro les islandais ! –

flagge-island.gif

rendre

  • En avion ?

Trois compagnies aériennes desservent la capitale en vol direct depuis Paris : Icelandair, la compagnie nationale, Transavia, la compagnie low-cost d’Air France et Wow Air. Depuis l’ouverture de ces deux dernières – et depuis la crise de 2008-, les prix du billet sont devenus abordables, en réservant un mois à l’avance pour partir fin juillet, nous avons payé chacun 265 euros chacun, frais de dossiers et bagages en soute compris. J’avais également lu sur certains blogs avant de partir qu’il était possible de trouver des billets à moins de 200 euros l’aller retour, plutôt abordable donc. Nous avons pris pour l’aller Transavia et Wow Air pour le retour et je n’ai rien à redire sur ces deux compagnies, le voyage s’est très bien passé. En revanche, nous sommes arrivé en Islande à minuit et notre vol retour était à 6h du matin, ce qui nous a valu une nuit à l’aéroport. avion

info

L’aéroport international se situe à Keflavik à environ 45 minutes de Reykjavik. Pour vous rendre à la capitale ou à l’aéroport, plusieurs services de bus sont mis en place. A l’aller, nous avons pris le Flybus, qui part après chaque arrivée d’avion et dépose à différent point avant et dans Reykjavik, pratique pour les arrivées tardives, il est cependant un peu cher, nous avons payés 22 euros et quelques chacun pour un peu moins de 30 minutes de bus. Si vous avez le temps pour vous rendre à l’aéroport, je vous conseille le réseau de bus de la ville, Strætó (repéré par un S jaune dans un rond rouge sur les cartes) qui vous coutera deux fois moins cher et vous mènera à l’aéroport en 50 minutes (Harpa->Keflavik) après deux bus successifs. Vous pouvez acheter les tickets dans différents points à Reykjavik, notamment dans les supermarchés 10-11, attention le chauffeur de bus n’accepte pas les CB!

  • En bâteau ?

Et oui, c’est possible, et apparemment la traversée est magnifique. Toute l’année, un ferry part du Danemark, fait escale aux îles Féroé pour rejoindre la côte est de l’Islande. Pratique pour ceux qui souhaitent venir avec leur véhicules.

boat.PNG

itinéraire

L’Islande possède une route principale, la route numéro 1 qui fait grosso modo le tour de l’île. De nombreuses autres « routes » parcourent le territoire mais attention, beaucoup d’entre elles sont en réalité des pistes de montagnes non goudronnées avec passages de gués et donc interdites aux petites voitures qui ne sont pas des 4×4. Comme nous nous déplacions en stop, nous avons décidé de -plus ou moins- suivre cette route numéro 1, le trafic y étant plus dense. De plus, cette route passe par la majorité des attractions touristiques, et pour un premier voyage, nous avions envie d’en voir un maximum. Cependant, comme vous pourrez le voir sur le tracé de notre itinéraire, nous nous sommes accordé une petite folie, en coupant par le centre de l’île et en suivant des pistes de 4×4, mais comme vous le lirez dans un prochain article, cela a valu le coup. Nous avons donc volontairement zappé les fjords de l’ouest, pourtant réputés magnifiques et sauvages, par manque de temps, et en nous promettant de revenir visiter cette région. S’est ensuite posé la question de sens de parcours de l’île, horaire ou anti-horaire ? Et bien, libre à vous de décider, il n’y a pas de bon ou mauvais choix je crois, nous avons rencontré à peu près autant de personnes qui la parcourait d’un sens que dans l’autre. Pour notre part, nous avons choisis le sens horaire, tout simplement car il me semblait que le nord était plus compliqué à faire en stop, je ne voulais pas me retrouver coincé en plein milieu du pays 12h avant de prendre mon avion -et j’ai bien eu raison aha..)-

Voici donc notre itinéraire pour ces 15 jours de road trip en stop autour de l’île  :

itinéraire.jpg

sequiper

Quelque soit la saison où vous partez en Islande et votre mode de transport, il faut s’équiper convenablement avant votre départ. Il faut savoir que le temps change trèèès vite en Islande et ce que vous pensiez être une belle journée ensoleillée peut tourner à l’orage et à l’averse en 10 minutes.. Ce qui a parfois du bon, je n’ai jamais vu autant d’arc en ciel de ma vie que dans ce pays !

P1070485.JPG

Si vous partez comme nous en été, sachez que contrairement aux idées reçues, il ne fait pas si froid que ça en Islande, grande frileuse que je suis ai même réussi à me balader en tee shirt -bon ok, une fois-. Mais comme le temps change vite, il faut tout de même prévoir. Le vent souffle également beaucoup, et peut souffler fort. Je dirais que le plus important est donc d’avoir des vêtements coupe-vent et qui sèchent vite. Privilégier au maximum les équipements de type Gore-tex. Egalement, de bonnes chaussures sont de mises, surtout si vous faites de la rando, le pays est très humide et il n’est pas rare d’avoir à traverser des petits gués. Pour ma part, j’avais donc pris mes chaussures de randonnée Salomon, un pantalon séchage rapide de chez Décathlon, avec en dessous un legging classique, des tee shirt de randonnée Kalenji avec tissu respirant et séchage rapide, ma polaire, ma veste de ski (une bonne veste imperméable et coupe vent suffit pour les moins frileux), un tour de cou et mes moufles (pour pas avoir froid au pouce pour le stop aha). Sachez qu’en Juillet, les températures oscillent entre 9 et 14 degrés. Nous avons eu une 2ème semaine extraordinairement ensoleillée et un petit 24 degrés s’est même pointé..

Pour dormir, si vous choisissez le camping, prévoyez également une bonne tente, même si nous avons vu quelques tentes 2second’ trainer, elles ne faisaient pas les fières quand le vent se levait.. Pour notre part nous avons choisi la quickhicker ultralight de chez Decathlon que vous pouvez shopper ici  et nous en avons été très content : hyper facile et rapide à monter/démonter, un bon profil quand le vent se levait, zéro soucis d’imperméabilité malgré les nuits répétitives sous la pluie. Bref on l’a chouchouté notre petite tente mais elle ne nous a pas déçu. A noter également l’espace de rangement sous la toile d’un côté qui nous permettait d’y mettre un de nos sacs la nuit. Niveau duvet, prévoyez aussi de quoi ne pas vous les cailler la nuit, un zéro degrés suffit amplement si vous êtes une personne normalement constituée non atteinte de frilosité extrême -comme moi-. Sinon, taper au alentour du -5 degrés, il me fallait au moins ça perso pour passer des nuits correct. Un tapis de sol tout simple, petite astuce pour éviter qu’il prenne la pluie sur votre sac à dos, emballer le la journée dans un sac poubelle.

P1070849
Elle est pas belle notre tente dans le Landmannalaugar ?

Pour manger, nous avons emmené un petit réchaud Primus, il est assez facile de trouver un peu partout en Islande des recharges de gaz, plus cher qu’en France, mais indispensable pour manger chaud ! Attention si vous avez un réchaud Primus, ils s’adaptent à persque toutes les recharges sauf les campings gaz en France.. qui s’appelle camper gaz en Islande, reconnaissable par la même couleur bleue, on s’est fait avoir aha ! N’hésitez pas non plus, compte tenu du coût de la vie en Islande à emmener de la nourriture de France, nous avions fait le plein de pompotes, soupes déshydratées (Royco I love you), nouilles chinoises et barres de céréales. En Islande, les prix grimpent très vite.. Vous l’aurez deviné, si vous aussi avez un budget serré, partir dans ce pays ne sera pas le plus beau souvenir de vos papilles, mais il  a beaucoup mieux à offrir ! Pour payer vos courses un peu moins cher, nous vous conseillons le Bonus, magasin repérable par son enseigne jaune pétante avec un cochon rose un peu « toc toc » !

bonus.png

Enfin, pour mettre ce beau bazar, nous avons emporté nos fidèles sacs à dos. Pour moi, le modèle 70L de chez Decathlon qui me suit partout depuis 2 ans maintenant. Un peu gros pour ce type de voyage.. Le soucis c’est que plus il y a de place, plus on est tenté d’en mettre ! Nous avons également acheté avant de partir Le Routard. Bien pratique parce que 1) il faut avouer qu’on était plutôt dans la catégorie « voyageurs à l’arrache » et 2) les indications et commentaires sur les différents campings sont bien utiles.

sedeplacer

Si vous choisissez de venir faire un road trip en Islande, plusieurs choix s’offre à vous.

  • Si vous voulez voir le pays de fond en comble, sortir de la route principale et êtes prêt à en payer le prix .. le 4X4 !

Pas le choix dans ce cas sur le type de véhicule, les routes F étant interdites aux voitures classiques ( nombreux gués, nids de poules..), vous devrez louer un 4X4 pour réaliser votre road trip. Sachez que les prix varient du simple au double selon la période à laquelle vous désirez faire votre voyage. D’après nos discussions avec les conducteurs de 4X4 qui nous ont pris en stop lors de notre périple, il faut compter environ 200 euros la journée (km illimité), sans oublier l’essence !

  • Si vous voulez voir le principal de l’île sans sortir de la route principale .. la voiture standard !

Comptez environ 100 euros par jour + essence, une bonne solution si votre budget ne permet pas de louer un 4×4. En suivant la route 1, et les tout de mêmes nombreuses routes secondaires accessibles aux citadines, vous serez en mesure de vous en mettre plein la vue et accéder aux nombreux lieux d’attractions de l’Islande

info

Si vous souhaiter louer une voiture/4X4, je vous conseille le site Guide to Iceland pour comparer les prix, celui ci est en français et est bien fait.

  • Si vous n’avez pas la permis (copains <3), pas la possibilité de louer une voiture ou souhaiter « payer moins cher ».. le bus !

Environ 3 compagnies de bus parcourent le pays (et pas seulement la route n°1) et desservent les lieux d’attractions du pays. Vous retrouverez les horaires de ceux-ci à chaque camping un peu conséquent du pays. Si le bus peut s’avérer pratique, il reste abusivement cher, nous l’avons pris 2 fois, le premier pour sortir des terres (#perdus) et rejoindre Akuyeri (77 euros madame s’il vous plait merci, gluuurp) et le (enfin les allers retour) pour aller dans le Landmannalaugar (75 euros l’aller retour, gluuuurp 2.0). Il existe également des passeports pour payer moins cher mais les prix oscillent entre 300 et .. l’infini en fait, et vous êtes dépendants des horaires du bus (souvent un bus journalier par compagnie suivant les endroits)

bus.gif

  • Si vous n’avez pas beaucoup de budget mais beaucoup de patience, si vous ne voulez pas payer le bus.. le STOP !

C’est la solution que nous avons choisi pour notre road trip. Je vous avoue qu’au début j’étais motivée pour louer un méga 4X4, puis j’ai vu les prix. Alors je me suis dit qu’avec une citadine, nous verrions tout de même pas mal de choses, puis j’ai vu les prix. Alors je me suis rabattue sur le bus, puis j’ai vu les prix. Et c’est là que nous avons compris que l’Islande, ce serait en stop sinon rien! Et puis, dans le fond, je n’étais pas si mécontente de cette décision, je n’avais jamais réalisé de voyages en stop comme ça et cela rajouterais quelque chose de fou dans ma vie. Avant de partir, j’avais lu que le stop marchait très bien en Islande, surtout l’été, les nombreux touristes s’arrêtaient pas mal. Après ces 15 jours, je nuancerais cela par « le stop marche pas trop mal en Islande« . En fait, tout dépend d’où vous vous situez dans l’île. Le Sud est vraiment touristique et c’est vrai qu’il était rare d’attendre plus de 30 minutes avant de trouver une voiture, en revanche, dans le nord -ou pire, dans l’est-, il fallait en moyenne entre 30 et 45 minutes d’attente. Il parait même que l’on a attendu 3h dans l’est ! Mais sincèrement, je ne regrette pas du tout, quelle belle aventure, quelles belles rencontres que nous avons faites. Sans hésiter, ce voyage n’aurait pas pris la même forme sans ces galères, joies et rencontres !

adfristop

  • Si vous êtes un warrior dans votre tête et vos cuisses.. le vélo !

Alors, je tenais à le mentionner car nous avons vu BEAUCOUP de gens parcourir l’Islande à VELO ! Sincèrement, j’étais admirative de ces gens car vu les conditions météos qui peuvent être HORRIBLES avec ce vent et cette bruine, vu les distances tout de même élevées à parcourir, bin moi je leur dit BRAVO les cocos !

seloger

Encore une fois, c’est votre budget qui déterminera votre type de logement. Les hôtels et guesthouses sont très chères compte tenu des prestations qu’elles présentent, comptez en moyenne 100 euros la nuit. Il est également nécessaire de réserver souvent très longtemps à l’avance. L’Islande, victime de son succès, se voit accueillir chaque année de plus en plus de touristes et les infrastructures se développent tout doucement. Vous pouvez également, si vous avez le budget, dormir dans des fermes !

Sinon, il y a le camping, plutôt économique, il faut compter environ 10 euros la nuit par personne pour planter sa tente. Pour ce prix, les équipements varient du tout au tout, parfois il faut payer en plus pour sa douche qui sera en plus minutée, parfois tout est gratuit ! Nous avons bien sur choisi cette option et passé 10 nuits de notre séjour en camping. Globalement, nous avons été à chaque fois content des infrastructures, nous nous renseignons à l’avance chaque jour sur les différents camping pour essayer de trouver le mieux, après une journée à prendre le vent, il était très agréable de se retrouver dans une pièce commune fermée avec un repas chaud. Sachez également que les islandais ne sont pas pudiques du tout, les douches sont donc parfois communes (comme à la piscine dailleurs) et là.. tu vas te doucher à l’heure ou – à priori- personne ne se douche, et tu prie un coup !

Si vous ne voulez pas payer le camping, le camping sauvage marche plutôt bien, à condition de faire attention de ne pas planter sa tente chez quelqu’un et à respecter la nature.

P1070511
Ohé Ohé capitaine abandonnééé !

Enfin, nous avons rencontré un couple de niçois qui avait loué un van où ils dormaient, tout aménagé ! Il faut compter 2000 euros pour 2 semaines..

budget

Roulement de tambour pour le budget final.. L’objectif était de dépenser moins de 800 euros pour 15 jours de voyage. Comme vous avez pu le constater, l’Islande est un pays très cher et nous avons cherché à économiser sur le moindre truc. Sachez tout de même que.. la nature est gratuite, nous n’avons jamais payé pour visiter un lieu naturel (cela ne durera pas très longtemps à mon avis) , et c’est ce qui fait l’avantage de ce pays, on s’en prend plein les yeux gratuitement !

Voici la note finale de notre voyage (budget pour une personne):

budget final

On s’est bien serré la ceinture mais.. objectif rempli 🙂

Alors, l’Islande, ça vous tente ?

P1070600.JPG

Saperlipopettement,

Signature

 

Publicités

6 réflexions au sujet de « Islande #1 : 15 jours de stop autour de l’île »

  1. Whaou… Quelle organisation !!! Mais ça me donne des idées pour mon road-trip à Tenerife en novembre… À quand le carnet de voyage avec les photos ? À moins qu’il ne soit déja publié ?

    J'aime

  2. Belle aventure !
    Je me retrouve beaucoup dans ton trip mais j’avais opté pour la location d’un 4×4 et quelle belle expérience que de parcourir le caillou à l’aide de ce véhicule qui nous a permis de traverser des gué, qui nous a permis de vagabonder dans les hautes terres, qui nous a permis d’approcher volcans, désert et autres surprises de la nature.
    Un mois de rêve, 3 semaines que je suis de retour et j’en redemande ! Vite Vite le caillou m’appelle ! J’imagine que tu as attrapé le virus aussi 😉 Comment peut il en etre autrement ceci dit ^^
    J’ai pu commencer à écrire un blog pour y déverser tous les tumultes que ce caillou a pu provoquer en moi. Un espece de bazar qui a tout remué et m’a fait tombé amoureuse de l’évidente nature.
    https://kanckonyva.wordpress.com/2016/11/09/le-caillou-des-possibles/
    Au plaisir de suivre tes aventures 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s